Deleuze et la littérature (4/4) : Beckett, l’épuisé

Deleuze et la littérature (4/4) : Beckett, l’épuisé

Publié dans Gilles Deleuze | Laisser un commentaire

rayons

Publié dans Mondes urbains | Laisser un commentaire

Alain JACQUET, Le déjeuner sur l’herbe

Alain JACQUET, Le déjeuner sur l’herbe, 1964, MAMAC, Nice

Publié dans corps et portraits, Expositions Musées, Technique picturale | Laisser un commentaire

Jacques LACAN, …au langage de son désir

 

“Pour libérer sa parole, le sujet est introduit, par la psychanalyse, au langage de son désir.”

Jacques LACAN

Publié dans Jacques Lacan, Séries | Laisser un commentaire

Guido RENI Le Christ remettant les clés à Saint Pierre, (détails1)

Guido RENI Le Christ remettant les clés à Saint Pierre, détail, (1) 1624-1626, Musée du Louvre, Paris

Publié dans corps et portraits, Détails, Technique picturale | Laisser un commentaire

Le Panthéon, Rome

Le Panthéon, Rome

Publié dans Architectures, Détails, Expositions Musées | Laisser un commentaire

Honoré de Balzac, la Peau de chagrin (extrait)

« Tout à coup il crut avoir été appelé par une voix terrible, et tressaillit comme lorsqu’au milieu d’un brûlant cauchemar nous sommes précipités d’un seul bond dans les profondeurs d’un abîme. Il ferma les yeux ; les rayons d’une vive lumière l’éblouissaient ; il voyait briller au sein des ténèbres une sphère rougeâtre dont le centre était occupé par un petit vieillard qui se tenait debout et dirigeait sur lui la clarté d’une lampe. Il ne l’avait entendu ni venir, ni parler, ni se mouvoir. Cette apparition eut quelque chose de magique. L’homme le plus intrépide, surpris ainsi dans son sommeil, aurait sans doute tremblé devant ce personnage extraordinaire qui semblait être sorti d’un sarcophage voisin. La singulière jeunesse qui animait les yeux immobiles de cette espèce de fantôme empêchait l’inconnu de croire à des effets surnaturels ; néanmoins, pendant le rapide intervalle qui sépara sa vie somnambulique de sa vie réelle, il demeura dans le doute philosophique recommandé par Descartes, et fut alors, malgré lui, sous la puissance de ces inexplicables hallucinations dont les mystères sont condamnés par notre fierté ou que notre science impuissante tâche en vain d’analyser.

Figurez-vous un petit vieillard sec et maigre, vêtu d’une robe eu velours noir, serrée autour de ses reins par un gros cordon de soie. Sur sa tête, une calotte en velours également noir laissait passer, de chaque côté de la figure, les longues mèches de ses cheveux blancs et s’appliquait sur le crâne de manière à rigidement encadrer le front. La robe ensevelissait le corps comme dans un vaste linceul, et ne permettait de voir d’autre forme humaine qu’un visage étroit et pâle. Sans le bras décharné, qui ressemblait à un bâton sur lequel on aurait posé une étoffe et que le vieillard tenait en l’air pour faire porter sur le jeune homme toute la clarté de la lampe, ce visage aurait paru suspendu dans les airs. Une barbe grise et taillée en pointe cachait le menton de cet être bizarre, et lui donnait l’apparence de ces têtes judaïques qui servent de types aux artistes quand ils veulent représenter Moïse. Les lèvres de cet homme étaient si décolorées, si minces, qu’il fallait une attention particulière pour deviner la ligne tracée par la bouche dans son blanc visage. Son large front ridé, ses joues blêmes et creuses, la rigueur implacable de ses petits veux verts, dénués de cils et de sourcils, pouvaient faire croire à l’inconnu que le Peseur d’or de Gérard Dow était sorti de son cadre. Une finesse d’inquisiteur, trahie par les sinuosités de ses rides et par les plis circulaires dessinés sur ses tempes, accusait une science profonde des choses de la vie. Il était impossible de tromper cet homme qui semblait avoir le don de surprendre les pensées au fond des cœurs les plus discrets. Les meurs de toutes les nations du globe et leurs sagesses se résumaient sur sa face froide, comme les productions du monde entier se trouvaient accumulées dans ses magasins poudreux ; vous y auriez lu la tranquillité lucide d’un Dieu qui voit tout, ou la force orgueilleuse d’un homme qui a tout vu.

Un peintre aurait, avec deux expressions différentes et en deux coups de pinceau, fait de cette figure une belle image du Père Éternel ou le masque ricaneur du Méphistophélès, car il se trouvait tout ensemble une suprême puissance dans le front et de sinistres railleries sur la bouche. En broyant toutes les peines humaines sous un pouvoir immense, cet homme devait avoir tué les joies terrestres. Le moribond frémit en pressentant que ce vieux génie habitait une sphère étrangère au monde où il vivait seul, sans jouissances, parce qu’il n’avait plus d’illusion, sans douleur, parce qu’il ne connaissait plus de plaisirs. Le vieillard se tenait debout, immobile, inébranlable comme une étoile au milieu d’un nuage de lumière, ses yeux verts, pleins de je ne sais quelle malice calme, semblaient éclairer le monde moral comme sa lampe illuminait ce cabinet mystérieux. Tel fut le spectacle étrange qui surprit le jeune homme au moment où il ouvrit les yeux, après avoir été bercé par des pensées de mort et de fantasques images. »

Honoré de Balzac, la Peau de chagrin, extrait 1831

Publié dans Honoré de Balzac, Séries | Laisser un commentaire

Abandonné

Publié dans Textes & Images | Laisser un commentaire

Emil Cioran (2/4) : Sceptique de naissance

Emil Cioran (2/4) : Sceptique de naissance
Les Nouveaux Chemins de la connaissance Date de diffusion : 20.12.2016
Invité : Michel Jarrety : professeur de Littérature française à la Sorbonne

Publié dans Philosophie, Séries | Laisser un commentaire

Sophie MATISSE, Piano lesson

Sophie MATISSE, Piano lesson, 2013, Exposition au MAMAC, Nice, en 2013

Publié dans corps et portraits, Expositions Musées, Technique picturale | Laisser un commentaire

Hélène Bekmezian « La mort de Richard Herlin, correcteur au « Monde » »

 

« Il ne faut pas pleurer pour ce qui n’est plus, mais être heureux pour ce qui a été. »

La mort de Richard Herlin, correcteur au « Monde » par Hélène Bekmezian

Publié dans Détails, Séries | Laisser un commentaire

Deleuze et la littérature (2/4) : Henry James, l’art du secret

Deleuze et la littérature (2/4) : Henry James, l’art du secret

Publié dans Gilles Deleuze, Séries | Laisser un commentaire

Surplombé

Musée d’Art moderne, Rome (2012)

Publié dans corps et portraits, Expositions Musées | Laisser un commentaire

Jacques LACAN, la culpabilité

« Ce n’est pas le mal mais le bien qui engendre la culpabilité. »

Jacques LACAN

Publié dans Jacques Lacan, Séries | Laisser un commentaire

Marcel PROUST, La Vivonne

« Je m’amusais à regarder les carafes que les gamins mettaient dans la Vivonne pour prendre les petits poissons, et qui, remplies par la rivière, où elles sont à leur tour encloses, à la fois « contenant » aux flancs transparents comme une eau durcie, et « contenu » plongé dans un plus grand contenant de cristal liquide et courant, évoquaient l’image de la fraîcheur d’une façon plus délicieuse et plus irritante qu’elles n’eussent fait sur une table servie, en ne la montrant qu’en fuite dans cette allitération perpétuelle entre l’eau sans consistance où les mains ne pouvaient la capter et le verre sans fluidité où le palais ne pourrait en jouir. Je me promettais de venir là plus tard avec des lignes ; j’obtenais qu’on tirât un peu de pain des provisions du goûter ; j’en jetais dans la Vivonne des boulettes qui semblaient suffire pour y provoquer un phénomène de sursaturation, car l’eau se solidifiait aussitôt autour d’elles en grappes ovoïdes de têtards inanitiés qu’elle tenait sans doute jusque-là en dissolution, invisibles, tout près d’être en voie de cristallisation.

Bientôt le cours de la Vivonne s’obstrue de plantes d’eau. Il y en a d’abord d’isolées comme tel nénufar à qui le courant au travers duquel il était placé d’une façon malheureuse laissait si peu de repos que, comme un bac actionné mécaniquement, il n’abordait une rive que pour retourner à celle d’où il était venu, refaisant éternellement la double traversée. Poussé vers la rive, son pédoncule se dépliait, s’allongeait, filait, atteignait l’extrême limite de sa tension jusqu’au bord où le courant le reprenait, le vert cordage se repliait sur lui-même et ramenait la pauvre plante à ce qu’on peut d’autant mieux appeler son point de départ qu’elle n’y restait pas une seconde sans en repartir par une répétition de la même manœuvre. Je la retrouvais de promenade en promenade, toujours dans la même situation, faisant penser à certains neurasthéniques au nombre desquels mon grand-père comptait ma tante Léonie, qui nous offrent sans changement au cours des années le spectacle des habitudes bizarres qu’ils se croient chaque fois à la veille de secouer et qu’ils gardent toujours ; pris dans l’engrenage de leurs malaises et de leurs manies, les efforts dans lesquels ils se débattent inutilement pour en sortir ne font qu’assurer le fonctionnement et faire jouer le déclic de leur diététique étrange, inéluctable et funeste. Tel était ce nénufar, pareil aussi à quelqu’un de ces malheureux dont le tourment singulier, qui se répète indéfiniment durant l’éternité, excitait la curiosité de Dante et dont il se serait fait raconter plus longuement les particularités et la cause par le supplicié lui-même, si Virgile, s’éloignant à grands pas, ne l’avait forcé à le rattraper au plus vite, comme moi mes parents.

Mais plus loin le courant se ralentit, il traverse une propriété dont l’accès était ouvert au public par celui à qui elle appartenait et qui s’y était complu à des travaux d’horticulture aquatique, faisant fleurir, dans les petits étangs que forme la Vivonne, de véritables jardins de nymphéas. Comme les rives étaient à cet endroit très boisées, les grandes ombres des arbres donnaient à l’eau un fond qui était habituellement d’un vert sombre mais que parfois, quand nous rentrions par certains soirs rassérénés d’après-midi orageux, j’ai vu d’un bleu clair et cru, tirant sur le violet, d’apparence cloisonnée et de goût japonais. Çà et là, à la surface, rougissait comme une fraise une fleur de nymphéa au cœur écarlate, blanc sur les bords. Plus loin, les fleurs plus nombreuses étaient plus pâles, moins lisses, plus grenues, plus plissées, et disposées par le hasard en enroulements si gracieux qu’on croyait voir flotter à la dérive, comme après l’effeuillement mélancolique d’une fête galante, des roses mousseuses en guirlandes dénouées. Ailleurs un coin semblait réservé aux espèces communes qui montraient le blanc et rose proprets de la julienne, lavés comme de la porcelaine avec un soin domestique, tandis qu’un peu plus loin, pressées les unes contre les autres en une véritable plate-bande flottante, on eût dit des pensées des jardins qui étaient venues poser comme des papillons leur ailes bleuâtres et glacées sur l’obliquité transparente de ce parterre d’eau ; de ce parterre céleste aussi : car il donnait aux fleurs un sol d’une couleur plus précieuse, plus émouvante que la couleur des fleurs elles-mêmes ; et, soit que pendant l’après-midi il fît étinceler sous les nymphéas le kaléidoscope d’un bonheur attentif, silencieux et mobile, ou qu’il s’emplît vers le soir, comme quelque port lointain, du rose et de la rêverie du couchant, changeant sans cesse pour rester toujours en accord, autour des corolles de teintes plus fixes, avec ce qu’il y a de plus profond, de plus fugitif, de plus mystérieux – avec ce qu’il y a d’infini – dans l’heure, il semblait les avoir fait fleurir en plein ciel. »
Marcel PROUST, Du côté de chez Swann, P 166-168, édition Gallimard, collection Folio, 1988

Publié dans Marcel Proust, Séries | Laisser un commentaire

Guido RENI, Le Christ remettant les clés à Saint Pierre (2)

Guido RENI, Le Christ remettant les clés à Saint Pierre, Détail, (2), 1624-1626, Musée du Louvre, Paris

Publié dans Détails, Technique picturale | Laisser un commentaire

la fleur orange

Publié dans corps et portraits | Laisser un commentaire

Emil Cioran (1/4) : Penser contre soi

Emil Cioran (1/4) : Penser contre soi
Les Nouveaux Chemins de la connaissance Date de diffusion : 19.12.2016 Invité : Aurélien Demars, enseigne la philosophie à l’Université Jean Moulin Lyon 3 et à l’Université

Publié dans Philosophie, Séries | Laisser un commentaire

Jacques LACAN, en corps à corps

« Mais est-ce qu’il ne se pourrait pas que le langage ait d’autres effets que de mener les gens par le bout du nez à se reproduire encore, en corps à corps et en corps incarné. » 

Jacques LACAN

Publié dans Jacques Lacan, Séries | Laisser un commentaire

Adel ABDESSEMED, scène de groupe

Adel ABDESSEMED,  Quatre  Christ, (2012.) Pièces présentées au Centre Beaubourg, Paris

Publié dans corps et portraits, Expositions Musées | Laisser un commentaire