Sommes-nous tous vulnérables ?

Tout être humain est vulnérable, et certains le sont même plus que d’autres. C’est le postulat sur lequel reposent les théories du “care” ou des “capabilités” qui émergent dans le paysage théorique et politique ces dernières années.
Comment s’opère le travail de production des individus désignés comme “vulnérables” par les politiques publiques étatiques et internationales ? N’est-il pas la conséquence de la naturalisation de la catégorie de vulnérabilité dans le social ?
La vulnérabilité peut-elle être pensée comme une propriété du vivant, voire une propriété des objets ? Dire qu’il faut « prendre soin » de la nature et des objets a-t-il un sens ?
Face à des individus malades, souffrants, nous pouvons éprouver de l’empathie. Celle-ci permet-elle de mieux comprendre la maladie et ses conséquences sur la vie quotidienne des malades ?
Publié dans Philosophie, Radio, Sciences-humaines, Séries, Uncategorized | Laisser un commentaire

Guggenheim Bilbao (4)

Publié dans Architectures, Détails, Mondes urbains, Murs, Fenêtres et Devantures | Laisser un commentaire

Jacques Lacan, Le Cogito cartésien

« Le “cogito” cartésien, je ne l’ai pas choisi au hasard. Si je l’ai fait, c’est parce qu’il se présente comme une aporie, une contradiction radicale au statut de l’inconscient (…). Et s’il se trouvait qu’après tout, ce cogito soit le meilleur ­envers qu’on puisse trouver au statut de l’inconscient ? (…). Nous pouvons déjà présumer que ce n’est pas invraisemblable, puisque (…) qu’aucune découverte de ce qu’il en est de l’inconscient ne pouvait même se concevoir avant la promotion inaugurale du sujet du cogito, en tant que celle-ci est ­co-extensive de l’avènement de la science, qui constitue une ère structurante pour la pensée, et hors de laquelle il n’y aurait pu y avoir de psychanalyse. »

« Le Séminaire. Livre XIV. La logique du fantasme », Jacques Lacan, édité par Jacques-Alain Miller, Seuil/Le Champ freudien, pages 83-84

Publié dans Citation, Jacques Lacan, Philosophie, Psychanalyse, Sciences-humaines | Laisser un commentaire

le manteau

Publié dans Architectures, Détails | Laisser un commentaire

Nicolas POUSSIN, le Louvre, Paris.

Nicolas POUSSIN, le Louvre, Paris. 18 février et 23 mars 2018

Journal des visites  

re-presentations

Publié dans ARTS, corps et portraits, Expositions Musées, site re-présentation, Technique picturale | Laisser un commentaire

Claude Lévi-Strauss : le Père Noël est-il vraiment une ordure ?

Il y a 70 ans, Claude Lévi-Strauss publiait un article qui a fait date sur… Le père Noël ! Son idée : s’interroger sur des fêtes de fin d’année devenues purement commerciales. Aurait-on perdu l’esprit religieux ? Et est-ce si grave ?

Avec
  • Charles Stépanoff Anthropologue, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales

Votre sapin est prêt, les enfants hurlent, les cadeaux pas tout à fait achetés, mais on y est presque ! Bientôt Noël…
Et pourtant, vous n’en pouvez déjà plus.
Ces guirlandes, ces pantins accrochés aux fenêtres, cet esprit de Noël… loin de vous calmer, vous agacent, et révèlent même, logés au fond de vous, des accès de violence !
Bizarre ? Pas tant que ça… car les fêtes de Noël n’ont pas toujours été synonymes de convivialité. Alors pourquoi croire encore qu’à Noël, il n’est question que d’amour et de paix ?

Brûler le Père Noël pour critiquer l’American Way of Life

“En 1951, des dijonnais brûlent le Père Noël. D’après Claude Lévi-Strauss, l’enflammement du Père Noël est commandé par l’Eglise mais d’autres documents montrent qu’il a été effectué par une association caritative chrétienne dont les membres qui portaient aide aux pauvres ne supportaient pas la récupération des fêtes de Noël par les industries commerciales. Car pour Lévi-Strauss, la tradition commerciale de Noël incarnée par la distribution de cadeaux est amenée par le Plan Marshall de 1948, qui apporte à la France non seulement une aide financière, mais bien un American Way of Life. Avant la guerre, les marchandises liées à Noël sont assez peu présentes. On trouve des branchages et des cadeaux issus d’une production locale. Dans les années 1950, on passe d’une économie du don à une économie de la marchandise qui se présente économie du don, à travers le cadeau de Noël. Pour les Eglises, il n’a seulement supercherie mais désacralisation.” Charles Stépanoff

Les enfants : des morts que l’on satisfait avec des cadeaux ?

“Lévi-Strauss remarque que, dans les traditions européennes, les fêtes entretiennent des rapports avec les enfants mais aussi avec les morts. A la Saint-Sylvestre, les enfants allaient réclamer des sucreries ou cadeaux chez leurs voisins qui devaient leur répondre favorablement au risque de vexer les morts. Dans les années 1950, cette tradition est désuète mais revient à travers la fête d’Halloween où les enfants se déguisent explicitement en morts. Mais avec la manière dont on fête Noël actuellement, les enfants ne réclament plus directement au Père Noël, il donne de manière généreuse. Pour Lévi-Strauss, cela crée seulement un nouveau rapport plus adouci au mort car les enfants restent symboliquement les morts que l’on gave pour qu’ils nous laissent tranquille.” Charles Stépanoff

La  nuit de Noël : revenir au temps du mythe

“Pendant la nuit de Noël, il est connu que les animaux de ferme parlent et révèlent des choses. Quand va mourir le maître ? Y a–il un trésor caché ? Les paysans essayent donc d’écouter ce que les animaux disent mais s’ ils se font repérer, alors ils perdent la vue et l’ouïe. Chez Lévi-Strauss, le temps du mythe est le temps où les hommes et les animaux parlent le même langage, notamment chez les Amérindiens en Amérique du Nord. Alors ce temps du mythe revient à chaque nuit de Noël dans les étables européennes. Pendant la messe de minuit, on lâche même les animaux, des rouges-gorges, des roitelets… Les crèches vivantes sont également un rappel à ce temps du mythe.” Charles Stépanoff

Monter au ciel en escaladant le sapin de Noël

“Pour comprendre l’importance du sapin de Noël, il est important de le comparer à d’autres arbres médiateurs, comme l’arbre de mai ou bien les arbres de Sibérie qui dépassent du trou de la tente pour faire un lien entre le ciel et les habitants. Cet arbre sibérien reçoit des offrandes, on le recouvre d’ornements, de nourriture, de cadeaux… On peut festoyer tout autour de lui, comme on festoye autour du sapin de Noël qui représente aussi une montée vers le ciel, notamment à travers l’étoile posée à son sommet. En Sibérie, le rituel marque la montée du chaman aux cieux où il échange des offrandes contre des conseils des dieux. C’est notre équivalent du Père Noël.” Charles Stépanoff

Sons diffusés :

  • Extrait du texte de Claude Lévi-Strauss : Le Père Noël supplicié, dans Lieux de mémoire, France Culture, 1996
  • Musique extraite de la bande-originale du film Maman j’ai raté l’avion, de Chris Colombus, 1990
  • Archive de Lévi-Strauss interviewé par Bernard Pivot sur la définition d’un mythe, dans Apostrophes, 04/05/1984
  • Chanson de Tino Rossi, Mon beau sapin
  • Archive d’une vente de sapin de Noël au marché aux fleurs de la Cité à Paris en 1960, RTF
  • Extrait du documentaire Un pays qui se tient sage, de David Dufresne, 2020
  • Chanson de fin : Frank Sinatra, Let It Snow, Let It Snow, Let It Snow !

Bibliographie :

Publié dans Philosophie, Radio, Sciences-humaines | Laisser un commentaire

NYC 11-09 -2001 (2)

Publié dans corps et portraits, Détails, Mondes urbains | Laisser un commentaire

Art occidental : pourquoi autant de nus, pourquoi autant de culs ? France culture

Avec

Des fesses, des sexes, des seins, que serait donc l’art occidental sans tous ces corps dénudés ? Vous n’avez jamais été frappés ? Des sculptures antiques aux photographies érotiques, pourquoi autant de nus, pourquoi autant de culs ?
Comme si le regard ne pouvait pas s’en passer, comme s’il devait forcément déshabiller pour voir ou désirer…

Sons diffusés :

  • Extrait du film de Jean-Luc Godard, Le Mépris, 1963
  • Extrait du film de Joël Séria, Les galettes de Pont-Aven, 1975
  • Extrait du film de James Cameron, Titanic, 1998
  • Chanson d’Henri Salvador, T’es à peindre
  • Lecture par Georges Claisse des Salons de 1765. Essais sur la peinture, de Denis Diderot, 01/02/2010
  • Lectures de critiques de la peinture d’Edouard Manet, Olympia, 1863 dans l’émission Dix ans de création dans les lettres et les arts, France Culture, 07/05/1967
  • Archive de Niki de Saint Phalle dans l’émission Pour le plaisir, 03/02/1965
  • Chanson de Clara Luciani, Nue

Bibliographie :

Publié dans ARTS, corps et portraits, Philosophie, Radio, Sciences-humaines | Laisser un commentaire

un moulon

Publié dans corps et portraits | Laisser un commentaire

Hôtel de CAUMONT, collection CINI et Musée GRANET

Hôtel de CAUMONT, collection CINI et Musée GRANET
Aix en Provence 4 Mars 2022
re-presentations  

Publié dans ARTS, corps et portraits, Expositions Musées, Technique picturale, vidéos | Laisser un commentaire

Michel Schneider, Le bonheur…

« Le bonheur, maladie chrétienne ? Espérer le bonheur, plutôt que gagner son salut, voilà une indéniable rupture avec l’âge classique, mais non avec le fond religieux qui se perpétue dans le Welfare égalitariste. On peut certes aimer mieux le tragique grec ou la « tranquillité » latine. Qu’on me pardonne, si je préfère les consolations amères de Sénèque aux mols apitoiements du Dalaï Lama et aux doucereuses repentances du Pape. Le bonheur, maladie des hommes pressés, qui, littéralement, n’ont plus le temps ? Notre époque, il est vrai, semble préférer la longévité « zéro malheur » à une vie qui se sait éphémère et en jouit. Le bonheur est inséparable de la démocratie médiate. Le bonheur est-il un mal français ? Aussi singulier que celui des prélèvements obligatoires, l’abus des euphorisants et tranquillisants par nos concitoyens semble l’indiquer. Le bonheur sur ordonnance a remplacé des siècles de salut par la pénitence. Il y a dans la consommation replète de l’individualisme démocratique une grande soumission à l’enfant plaintif qui ne dort jamais complètement dans le citoyen adulte. Il y a jusque dans le mot bonheur un je sais quoi de gluant et de coloriser, comme ces images de pub montrant des « voitures à vivre » emplies d’enfant béats. La France est le pays où celles-ci ont le plus de succès : elles affirment bravement un petit bonheur tranquille, le « ça me suffit » des pavillons en meulière de naguère. Le bonheur est un monospace, où l’on fuit la fatigue d’être confronté à l’autre. Enlisement dans le chez soi, contentement du peu, usufruit d’être ce qu’on a, bêtise d’animal timide et industrieux, ces formes de bonheur contemporain vous jetteraient à toutes les perditions plutôt que de perpétuer cette possession de soi par soi-même. Il y a toujours quelque chose de terne, de flétri dans les yeux de qui ne regarde que soi. »

Michel Schneider, Big Mother, Psychopathologie de la vie politique, Ed Odile Jacob, 2002, P 120-121

Publié dans Citation, Philosophie, Sciences-humaines | Laisser un commentaire

Marcel PROUST, les autres baignoires

les autres baignoires

Mais, dans les autres baignoires, presque partout, les blanches déités qui habitaient ces sombres séjours s’étaient réfugiées contre les parois obscures et restaient invisibles. Cependant, au fur et à mesure que le spectacle s’avançait, leurs formes vaguement humaines se détachaient mollement l’une après l’autre des profondeurs de la nuit qu’elles tapissaient et, s’élevant vers le jour, laissaient émerger leurs corps demi-nus, et venaient s’arrêter à la limite verticale et à la surface clair-obscur où leurs brillants visages apparaissaient derrière le déferlement rieur, écumeux et léger de leurs éventails de plumes, sous leurs chevelures de pourpre emmêlées de perles que semblait avoir courbées l’ondulation du flux ; après commençaient les fauteuils d’orchestre, le séjour des mortels à jamais séparé du sombre et transparent royaume auquel çà et là servaient de frontière, dans leur surface liquide et pleine, les yeux limpides et réfléchissant des déesses des eaux. Car les strapontins du rivage, les formes des monstres de l’orchestre se peignaient dans ces yeux suivant les seules lois de l’optique et selon leur angle d’incidence, comme il arrive pour ces deux parties de la réalité extérieure auxquelles, sachant qu’elles ne possèdent pas, si rudimentaire soit-elle, d’âme analogue à la nôtre, nous nous jugerions insensés d’adresser un sourire ou un regard : les minéraux et les personnes avec qui nous ne sommes pas en relations. En deçà, au contraire, de la limite de leur domaine, les radieuses filles de la mer se retournaient à tout moment en souriant vers des tritons barbus pendus aux anfractuosités de l’abîme, ou vers quelque demi-dieu aquatique ayant pour crâne un galet poli sur lequel le flot avait ramené une algue lisse et pour regard un disque en cristal de roche. Elles se penchaient vers eux, elles leur offraient des bonbons ; parfois le flot s’entr’ouvrait devant une nouvelle néréide qui, tardive, souriante et confuse, venait de s’épanouir du fond de l’ombre ; puis l’acte fini, n’espérant plus entendre les rumeurs mélodieuses de la terre qui les avaient attirées à la surface, plongeant toutes à la fois, les diverses sœurs disparaissaient dans la nuit. Mais de toutes ces retraites au seuil desquelles le souci léger d’apercevoir les œuvres des hommes amenait les déesses curieuses, qui ne se laissent pas approcher, la plus célèbre était le bloc de demi-obscurité connu sous le nom de baignoire de la princesse de Guermantes.
Marcel PROUST, Du côté de Guermantes, Gallimard, coll La Pléiade, 1973, p40-41

Publié dans Citation, Écrivains, Marcel Proust, Séries | Laisser un commentaire

Jean-Baptiste REGNAULT, Le Déluge

Jean-Baptiste REGNAULT, Le Déluge, 1789

Publié dans ARTS, corps et portraits, Technique picturale | Laisser un commentaire

Michel Schneider, la politique, le politique

« La politique est en train d’achever le politique, et l’administration de remplacer le gouvernement. Pour guérir un pays malade de ses désirs mal définis et qu’il fuit dans une infinie demande, un seul remède, le retour du politique, c’est à dire de la volonté. Le plus souvent les ambitions des politiques ignorent l’ambition d’une nation. Le pouvoir comme institution et comme passion n’est pas le cœur de la politique, mais peut-être sa perversion postmoderne. La politeia des Grecs était un ensemble de principes, une recherche de sens, une critique de la société par elle-même. C’est que les hommes politiques ont renoncé à faire de la politique. (…) Ajouter des dépenses aux dépenses, des fonctionnaires aux fonctionnaires, des promesses aux promesses. Des images aux images. »

Michel Schneider, Big Mother, Psychopathologie de la vie politique, Ed Odile Jacob, 2002, P 106-107

Publié dans Citation, Philosophie, Sciences-humaines | Laisser un commentaire

Pourquoi lire les Évangiles quand on n’est pas croyant ? France culture

À quoi bon lire les Évangiles aujourd’hui ? Alors que sort une nouvelle traduction de ce texte sacré, on plonge, avec Jean, Luc, Matthieu et Marc, dans la vie de Jésus. Si Dieu est mort, que peut encore nous dire ce texte ? Et surtout comment se l’approprier quand on n’est pas croyant ?

Avec

C’est le problème des textes sacrés : on croit qu’ils ne s’adressent qu’à ceux qui y croient.
Paradoxalement, on oublie qu’avant d’être des textes sacrés, ils sont des textes tout courts.
Alors que nous racontent les Évangiles, mais surtout comment ? Et pourquoi les lire aujourd’hui ?

« J’ai été un peu persécuté par ces quatre textes qui forment les Evangiles. D’une part parce que j’ai eu une éducation chrétienne que ma famille a plus ou moins conservée, reniée, abandonnée. Et puis car je trouvais qu’on questionnait très peu les Evangiles dans leur douleur, dans leur nature littéraire. Comment ces textes ont-ils été produits ? À quels genres de littérature ils pouvaient se référer ? Ont-ils inventé quelque chose ? C’est des questions qui m’ont toujours passionné. » Frédéric Boyer

« Ces textes sont issus de la tradition juive. Ils apparaissent avant le Talmud, la mise par écrit de ce qu’on appelle la Torah orale, des discussions qui font le cœur de la vie, à la fois spirituelle et législative du judaïsme. Les Évangiles sont les textes précurseurs de cette tradition talmudique où on discute des éléments de la loi au regard des questions d’existence, qui sont parfois des questions d’existence très communes et très importantes et qui touchent les uns et les autres. » Frédéric Boyer

« Les textes de Matthieu, Marc et Luc sont dits synoptiques. C’est un mot grec qui veut dire que d’un seul coup d’œil, on peut voir les ressemblances. Ce sont des textes dans lesquels on retrouve souvent, presque mot pour mot, certaines phrases, certaines histoires, certaines paraboles… Mais on trouve aussi beaucoup de différences. Les deux seules choses finalement sur lesquelles ces quatre textes s’accordent, c’est d’être des témoignages de l’enseignement d’Arabie sous la titulature de Ponce Pilate. » Frédéric Boyer

Sons diffusés :

  • Extrait du film de Terry Jones, Monty Python : La Vie de Brian, 1979
  • Extrait de la mini-série de Franco Zeffirelli, Jésus de Nazareth, 1977
  • Chanson d’Alfonso y su dan den, Viejo Lazaro, 1993
  • Lecture par Jean-Pierre Michel du chapitre 16 de l’Évangile selon Marc, versets 1 à 8
  • Extrait du sketch des Inconnus, Jésus 2 : le retour, 1990
  • Chanson des Velvet Underground, Jesus, 1969

Bibliographie :

  • Évangiles, nouvelle traduction de Frédéric Boyer, aux éditions Gallimard collection Blanche, 2022
Publié dans Philosophie, Radio | Laisser un commentaire

Pablo PICASSO, corps (1900-1972)

Pablo PICASSO – re-presentations

Publié dans ARTS, corps et portraits, Pablo PICASSO, Technique picturale | Laisser un commentaire

La Guerre ?

Publié dans Murs, Fenêtres et Devantures | Laisser un commentaire

twins

Publié dans ARTS, Expositions Musées | Laisser un commentaire

le triangle

Publié dans Détails, Murs, Fenêtres et Devantures | Laisser un commentaire

Jacques-Alain Miller L’écoute avec et sans interprétation

Jacques-Alain Miller L’écoute avec et sans interprétation
Lacan Web Télévision, 15 mai 2021

Publié dans Jacques Lacan, Psychanalyse, Séries, vidéos | Laisser un commentaire