qu’un filet de lumière

« Le métro s’est arrêté sur le pont de Passy. Je souhaitais que personne ne vienne m’arracher à ce no man’s land d’entre les deux rives. Plus un geste. Plus un bruit. Le calme enfin. Me dissoudre dans la pénombre. J’oubliais leurs éclats de voix, les grandes bourrades qu’ils me donnaient, leur acharnement à me tirailler de tous côtés. Ma peur faisait place à une sorte d’engourdissement. J’accompagnais du regard le faisceau lumineux. Il tournait, tournait comme un veilleur poursuivant sa ronde de nuit. Avec lassitude. Sa clarté s’affaiblissait à mesure. Bientôt il ne resterait qu’un filet de lumière presque imperceptible. Et moi aussi, après des rondes et des rondes, milles et milles allées et venues je finirais par me perdre dans les ténèbres. » La Ronde de nuit, 1969, Patrick Modiano.

1121105_faisceau_lumineux 

Ce contenu a été publié dans Textes & Images. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à qu’un filet de lumière

  1. MTO dit :

    Brouillard d’hiver, brume d’un soir d’été,vitres embuées,reflets poudrés, mystérieuse nébulosité…

Laisser un commentaire